Heylock

En 1966, la Société carnavalesque de Sarrebourg décide de faire frapper une médaille en bronze avec, au droit une tête de Heylock et en couronne l’inscription : Princeps Heylockus Carnavali au revers les armes de Sarrebourg et l’inscription : Sarrebourg MDCCCCLXVI

L’ordre des Chevaliers du Heylock est né. Cette médaille est remise à tous les couples princiers ainsi qu’à de hautes personnalités françaises et étrangères.

Qui est Heylock ? Le mercredi des cendres, un mannequin est véhiculé à travers Sarrebourg par une foule en liesse. Entouré d’un cortège, il finit enflammé sur la Sarre. Le 20 février 1898, on trouve la mention de Heylock dans le Saarburger Zeitung.

Que veut dire son nom et quelle est son origine ? Si son visage est différent chaque année, son nom demeure Heylock Peut-être est-ce l’assemblage de deux mots, l’un allemand, l’autre français soit « Heu » et « loque » ? Cela donnerait « loque de foin », par extension « homme de paille ». Mais il s’agit aussi d’une déformation de « Hailog », qui veut dire « sacré » en vieil allemand. L’origine de Heylock viendrait d’une croyance des populations agraires avant le christianisme. Leur survie dépendant de la qualité de la moisson et donc des blés, un sacrifice rituel était nécessaire aux forces de la nature. Heylock, habillé de vêtements de paysans, bourré de paille est brûlé à la divinité en offrande .

Une autre explication est tout à fait vraisemblable : Heylock est la personnification de carnaval, de Mardi-Gras. Il est chargé de tous les méfaits commis par la collectivité pendant l’année, jugé en procès. Son exécution marque la fin du carnaval et le début du Carême chrétien. Sa crémation (ou anciennement sa noyade dans la Sarre), relève à la fois de rites purificateurs et régénérateurs.

Médaille des chevaliers du Heylock, 1966, AMS 2OBJ 151

En haut